chilibili

Jadis rétro voir vieux jeu, le cabas fait son grand retour en France et pas besoin d’être inscrit au club du troisième âge pour en avoir un ! En effet, cet accessoire fait peau neuve et il devient même innovant et écolo, preuve en avec le Chilibili, un cabas résolument moderne et tendance !

Jadis réservé aux personnes âgées qui allaient faire leurs courses, le chariot à roulettes nouvelle génération arrive sur le marché et on le doit à un montpellierain, Alan Albert !

L’idée de revisiter le chariot à roulettes

C’est un coup de jeunesse et surtout un sacré coup de génie que notre homme a eu en réinventant le chariot de mamie.  « L’idée m’est venue il y a quelques années, en faisant le marché avec un vieux cabas à roulettes, pour faire les purées et les compotes de mes enfants » explique-t-il avant de surenchérir « Je me suis rapidement rendu compte que ce n’était pas du tout pratique. Tout s’écrase à l’intérieur, il faut sans cesse retirer des produits pour en mettre d’autres… Et pour le vider, à la maison, il faut plonger le bras tout au fond… Pas facile, aussi, de les installer dans une voiture ou sur un vélo ». Bref, faire ses courses avec ces chariots ancestraux, c’était toute une aventure » comme l’explique ce coach sportif de métier habitué pourtant à utiliser ses biscottos.

Pratique dans tous les sens du terme

Depuis 2007, l’idée trottait donc dans la tête de notre inventeur de repenser cet accessoire et c’est en 2020 qu’il réalise son premier prototype. Disposant de trois rangements compartimentés et séparés pour les aliments lourds, mi-lourds et légers, on peut alors affirmer que c’est fini le temps où les aliments étaient écrasés, vive ce cloisonnement ! De plus, ce dernier est pliable et par essence plus facilement transportable avec la possibilité de le mettre sur un vélo, ce qui est top en milieu urbain !

Eco-responsable grâce au ré-emploi

Coté écologie, notre inventeur est au top du recyclage puisqu’il utilise pour confectionner ces derniers des matériaux dits de « ré-emploi ». « Contrairement aux matériaux recyclés, on garde la matière telle qu’elle est, explique le Montpelliérain. J’utilise des bâches en PVC, notamment des bâches publicitaires. Je les découpe, je les nettoie, et je les envoie pour la fabrication à un atelier d’insertion professionnelle, près de Toulon », ce qui donne ainsi une garantie d’avoir un article unique car chaque bâche récupérée n’est jamais la même que la prochaine !

Désireux de promouvoir son chariot 2.0, note homme a alors créer la société Sillibliz et entend vendre son cabas de nouvelle génération aux alentours de 200 euros et a mis en place une une campagne de financement participatif qui lui permettra de lancer la pleine production.

Place donc à un article réinventé pour séduire toutes les générations avec ce chariot à roulette éco-responsable et moderne à la fois et souhaitons bonne chance à son inventeur pour sa campagne de financement !

À lire aussi l’article sur :